--
.



* PÁGINAS Y AGENDAS

 
News - Noticias -todo sobre Radiohead


The King of Limbs


Radiohead en Paris 10 junio 2008 - Fotos por Laurence Boisnard


'In Rainbows',número uno en UK 
RADIOHEAD - In Rainbows (Disc 2) por Juan Gallardo Comentario
Los maravillosos colores del arco iris
por Juan Gallardo - IndyRock # 


AMNESIAC, letras, datos
KID A | letras |comentarios
Hail to the thief , LETRAS EN ESPAÑOL

Daydream Festival en Barcelona Fotos directo +"Off Computer" /12 /6 /08
Radiohead en el Foro del Sol / México
Crónica de un concierto muy esperado Por Alejandra Hidalgo
Radiohead en Río de Janeiro / Brasil
Radiohead abre el Quilmes / Argentina
28,000 personas ven a Radiohead en Chile
Galerías >100


Fotos directo giras
1994 / 1997 / 1998 / 2000 /2001 / 2002

Radiohead en  México /  Brazil / Argentina 
.
Radiohead * Tibetan Freedom Concert 99

13 juin - RAI (parkhal) - Amsterdam
Por LAURENCE BOISNARD (enviada especial IndyRock)
Texto y fotos

Joe Strummer and the Mescaleros
Ben Harper and The Innocent Criminals
Namgyal Lhamo
Garbage
Alanis Morissette
Blur
13 juin - RAI (parkhal) - Amsterdam
Por LAURENCE BOISNARD (enviada especial IndyRock)
Textos y fotos

La conférence de presse de Thom Yorke
Erin Spotts presents the people around the table.
Thom : I am very sorry to keep you await.
Erin Spotts asks if Thom wants to say anything or starts right away with the questions.
Thom : Let's start with questions.
Question : What's your definition of freedom ?
Thom : Freedom ? You think of the Human Rights Declaration. That's sum up the best. I think express your religious beliefs, being allowed to protest, being allowed of movemnt...It is the 50th anniversary this year...Is it this year or last year ?
.
Comments from around the table : last year...we are going to the 51st...
Thom : Is it ? Oh, OK. Oooops... (Thom smiles)
Question : Do you think a musical event like this can change something ?
Thom : I don't think that high level political leaders care a great deal but that's not why I am here. It's to raise the general concern. They are still vaguely aware of public opinion , although they do try to manipulate it. It's basically all what you can do, really. Someone in my position, it's all I can do, it's do thing like this. I am not about to write letters to Prime Minister Blair because he won't read them.
Question : How did you get involved with the Tibetan movement ?
Thom : It's just having read a few books and interested in Buddhism. And then being asked to do the festival in New York a few year ago.
Question : How about a concert in China ?
Thom : Actually I am officially banned. Yeah, officially banned. It's a think I am proud of. I think last year every artists were officially banned.
Erin Spotts explains that the Chinese embassy said they didn't actually said that.
Question : Why are you alone ?
Thom : Alone ? Well, I am not Jonny is here but is going for supper.
Question : Last year in your press conference, you said you were ashamed about your government because the Tibet cause was not very known. How do you feel today after the war ?
Thom : After the Kosovo war ?
Question : Yes.
Thom : Even at the moment everybody is waving the flag back in Britain, I am profoundly ashamed of their actions. Simply because I don't see what right they have to do what they have to do. I don't see how NATO believes it could be the international police force after its own human rights record. The countries, they just use the back door in their political movements. But basically it is the same thing than out in the cold war. There is this incredibly rewrite of the history at the moment which I find extremely unnerving and selective. You know. A selective use of this political and military force. [...] It just blows out my mind that a government can claim to speak for the people and never ever listen to the people except when the people get so nervous, so upset. I am totally ashamed to be a part of the West at all to be honest. The way they deal with the rest of the world.
Question : Are you gonna to do something about this on the next album ?
Thom : Yeah, all of it, yeah. Not relevant...
Question : Hi, I am from the American Press Association
Thom interrupts : Mmmm... You probably rewrite it anyway so why ...
Question (journalist interrupts) : No, I wanna get serious. Human rights stand for a lot of issues : it stands for gay rights, it stands for persecution for use of drugs, ...
Thom : I think you'll have to ask Lama Palden Gyatso about that.
Question : ?
Thom : Gyatso. He is quite good you can read it.
Erin Potts : He was a political prisoner. A Tibetan monk who had been in prison for 33 years, and he wrote a book about the invasion [NDLR : en français "Le feu sous la neige" de Palden Gyatso avec Tsering Shakya. Editions Actes Sud. 1997]. And there is an excerpt of his speech last year in the press kit...
Thom (amused) : In the press kit...
Erin Spotts : So you should definitely check that out. He is amazing in his total compassion for the people who have done horrible things to the Tibetans. [...]
Question :I understand that, but in the United States you can' t enjoy a pot...
Thom : The war on drugs is extremely useful, isn't it ?
Question : At time, they think it is. My question was about priority.
Thom : Yeah, I mean this level of things... Within America, you know, there is this Amnesty report they did last month about American internal human rights record... The thing about the issue with Tibet is all about degrees. The amount of abuses of human rights since the Declaration... You know. Where do you start ? If you're just talking about numbers. Numbers of people killed is a good place to start. You know. I think the drug thing is gonna like... That's a separate issue... I mean I could get into it but I am not get into it now. I think it's a weapon for other things. But it's not relevant here.
Question : You just said politicians can't speak for the people. Do you think you as a musician can or is it just you want to raise awareness among your fans or other people.
Thom : I don't really feel in a position to speak at all on specific issues. [...] The simple fact you have to resort to pop stars to highlight the fact these things are going on seems to me symptomatic the way the West works. The fact that Diana said a few things about land mines before she died makes her into some sort of hero. The fact that pop stars are going into political issues is somehow contemptuous. We are only doing it because it's a desperate situation. We have people who get paid to do this and they don't do it. We have a UN which pact has been destroyed since its formation gradually, down and down and down. Until now nobody knows what it really is. [...] We [the pop stars] are the ones who have to highlight this things. It's dark. Bloody dark. You should be talking to people who actually have those direct experiences. [...]
Question : Radiohead played in Paris last December 10th for Amnesty International...
Thom : ...yeah, I remember... (laughs)
Question : ... now you are playing today and you will participate also for drop the debt...
Thom : ...yeah, next week-end...
Question : ...do you think it's because Radiohead if enough well known so you can participate to this things ?
Thom : I don't think of that one to be honest. heu..I don't know. I don't know what's your question. I am doing that because they are important things to me. I think anybody who has been to my position will do the same. I don't think it's a big deal. 
Question : I am not an English speaking person. Can you tell me the first and the last titles you played. And if the lyrics for songs have a connection with the Tibet ?
Thom : No, desperately no. There was a new song at the beginning but I don't have a title for that. 
Question : And the last ?
Thom : That was from the last album. But thanks very much for coming.
Erin Spotts : Are there any other questions ?
Thom : Yeah, not about me.
Question : What about the religious aspect ? 
Thom : I am interested in Buddhism but I am a spectator.
Erin Spotts begins to speak and explains where the money raised during the 4 Tibetan Freedom Concerts goes.
Question (interrupting Erin Spotts) : When does your record come out ?
Thom : Not relevant.
Question : Is there any record from this concert ?
Erin Spotts : There is no record from this concert coming out. Not at all. Not in the future. There will be a radio show. Its time is rescheduled now for December 10th which is the anniversary. It's gonna be the 51st anniversary of the UN Declaration of the Human Rights. And so to celebrate the entering of the second half of the century. So we gonna air some clips from these four concerts.
Thom : And Erin, what about June the 24th ?
Erin : June the 24th ? Oh yes !
Erin explains the urgent action targeting the World Bank. Mme Kunzang Yuthok explains the issue.
[NDLR : Please check the sites http://www.tibet99.com (in English) or http://www.tibet-info.net (en français) for full explanations and answer this urgent appeal]
Erin Spotts : We gonna taking one more question.
The last questions are asking more details on the World Bank project.
Erin Spotts : We have to end this session as Alanis Morissette is coming for the next press conference.
Thom : Thanks a lot.
Concert review 
Thom Yorke and Jonny
.
Pas le temps de se remettre des émotions du concert de Thom, il faut se diriger vers la conférence de presse de Ben Harper. Sont aussi présentes Mesdames Erin Potts, co-fondatrice du Milarepa Fund, Kunzang Yuthok, représentante de Sa Sainteté le Dalai Lama en Europe de l'ouest et Tsering Jampa, du Groupe de Soutient du Tibet au Pays-Bas. Cette conférence de presse a pris du retard et quand elle se termine, la suivante commence dans un quart d'heure. C'est celle où Thom sera présent. Je profite que des journalistes et photographes se déplacent pour me faufiler au premier rang. Emplacement idéal pour les photos, sauf que je n'avais pas anticipé les micros et que des bouteilles d'eau seraient déposées sur la table. Ce n'est pas grave, je devrai quand même arriver à bien cadré Thom. A 19 heures 30, Mesdames Potts, Yuthok et Jampa reviennent. Erin Potts indique que l'on attend Thom qui ne vas pas tarder. Il arrive avec cinq minutes de retard, et s'excuse immédiatement. Thom, désormais barbu, est pâle mais en pleine forme, décontracté, souriant et aimable. Plaisantant avec Erin Potts, qu'il connait bien, ou avec Mmes Yuthok et Jampa, ou pour couper court à une question à laquelle il ne veut pas répondre. Erin Potts prend la parole, la conférence de presse va commencer. Une conférence de presse très politique pour Thom, et où tout ce qui touche à Radiohead ne sera pas abordé. Regarder les expressions changeantes du visage de Thom est un vrai régal. Parfois se dandinant de droite à gauche et de gauche à droite sur son siège (pas facile pour prendre des photos !), parfois baissant la tête et la voix comme un enfant timide, parfois fermant les yeux pour se replier sur son fort intérieur et retrouver ses idées, parfois tout sourire simple et franc, les yeux pétillants (comme quand il échangera un regard complice avec Mme Jampa), Thom exprime à fleur de peau toutes les émotions qui se bousculent en lui et qu'il ne peut contenir..
LE CONCERT
Le hall immense se rempli très lentement. La scène occupe un côté et sur l'autre côté s'étalent des stands de ventes de boissons, nourriture, vêtements et autres gadgets new-age. L'heure se prête à la restauration et chacun prépare ses forces pour la longue après-midi. Bien placé en haut des escaliers de l'entrée, le stand du groupe néerlandais de soutien au Tibet est largement visité, et les pétitions sont signées par quasiment tous les visiteurs. D'ailleurs les bénévoles du groupe de soutien, très actifs et reconnaissables dans leurs T-shirts rouges, n'hésiterons pas pendant toute l'après-midi à arpenter le hall pour solliciter des signatures. 
TIPA (Tibetan Institute for Performing Arts)
Luscious Jackson
NRA
° A 14 heures, la musique d'ambiance s'arrête quelques minutes. Le hall est encore loin d'avoir fait le plein mais le public présent se regroupe devant la scène. Le concert commence par une prière chantée par un moine. Le public écoute avec respect. La longue prière se termine. Le public ne sait pas trop si il doit applaudir. Le rideau s'ouvre, le spectacle en lui-même commence vraiment. Trois danseurs du TIPA (Tibetan Institute for Performing Arts) entrent en scène pour la danse dite du chapeau noir. Ils évoluent et tournoient sur eux-même lentement, solennellement. Leurs lourds costumes de brocard et leurs hauts chapeaux noirs les rendent imposants. Et peut-être impressionants. Le public regarde ou découvre avec respect. Cette introduction permet de rappeler à tout le monde la raison de ce concert avant de passer à la partie plus rock des événements. C'est à Luscious Jackson que revient la difficile tâche de commencer effectivement cette partie. Poulains de l'écurie Grand Royal actuellement en tournée européenne, ils, ou plutôt elles, sont contentes d'être là. Leur décontraction donne le ton de ce début d'après-midi. Combos de filles jouant du rock indépendant américain, où le mot américain est important, elles assurent. L'adjonction d'un DJ et de percussions, permet d'apporter pour certaines chansons un peu d'originalité. Ensuite, de nouveau trois artistes du TIPA reviennent sur scène dans des costumes différents et avec des masques. La danse aussi est différente, rapide et enlevée. Peut-être la version "punk-agitée" des danses tibétaines. Quelqu'en soient les raisons, la danse avait été bien choisie car la suite du programme amenait un changement d'ambiance. D'abord le groupe NRA au son pur néo-punk, bien que les musiciens n'en aient pas l'allure. Ce groupe néerlandais choisi pour apporter la caution "couleur locale" du concert n'apporte rien d'originale musicalement mais assure efficacement l'énergie de la jeunesse et de la révolte. Ils sont devant un public qui les connais, et même quelques fans, punks à la crête épineuse, qui se lanceront dans les premières tentatives de crowd-surfing. Heureux d'être là, sympas et décontractés, les NRA ne se laisseront pas démonter par un raté dans le démarrage d'une chanson du à un problème technique. NRA était un bon groupe pour chauffer l'ambiance de la salle avant Joe Stummer and the Mescaleros, qui arriveront après la pause nécessaire pour changer le matériel.
Le concert de Thom Yorke
Le passage de Thom Yorke est prévu après la chanteuse tibétaine Namgyal Lhamo. Ses chants ont calmé l'atmosphère et le public attend la mise en place du matériel. Dans l'entrebaillement du rideau de scène, on aperçoit un piano. Dix huit heures, l'heure approche. Comme depuis le début de l'après-midi, grâce à une bonne organisation, l'horaire va être quasiment respecté. Enfin, le rideau s'ouvre. Eclairages simples unicolores. Thom s'avance décontracté, et surprise, il est suivi de Jonny Greenwood, qui reste discrètement en retrait. Thom salue puis s'installe au piano pour une nouvelle chanson. Pas une des "nouvelles chansons" de la tournée OK Computer, et qui apparaissent dans "Meeting people is easy", une autre : tempo lent, Thom seul au piano. A se demander si il y aura des guitares sur le prochain album de Radiohead ! Puis Street Spirit. Superbe chanson hypnotique où s'exprime toute la puissance et l'intensité de la voix de Thom. Et peu-être aussi le plaisir physique du chant pour lui. "Immerse your soul in love" Le public chante, il est là avec lui, seul sur scène.
Avant la chanson suivante, Thom explique pourquoi il est ici aujourd'hui : pour soutenir une cause qui n'a pas toute l'attention qu'elle devrait avoir. Il commence les deux ou trois premiers mots de la chanson mais s'arrête immédiatement. Il s'est trompé. Il s'excuse et cherche à se concentrer. Il s'approche du micro mais ne commence pas. Il dit qu'il a du mal à se souvenir des paroles. Le public l'encourage. Il sourit. Il annonce la chanson, une reprise d'Elvis Costello : "I'll wear it proudly", de l'album "King of America". Il se fait plaisir aujourd'hui et profite de l'occasion pour interpréter un titre qu'il ne peut jouer lors d'un concert habituel du groupe car le public n'attend alors que des chansons de Radiohead. Puis c'est Lucky. "I'm on a roll", ce sont les fans de Radiohead qui ont pu venir aujourd'hui qui sont heureux. A défaut d'un nouvel album qui se fait attendre et de tout le groupe, c'est Thom qui leur dit combien ils sont chanceux. 
Avant la chanson suivante, Thom avec un peu d'ironie, authorise le public a chanté sur celle-ci si cela lui plait. Puis il s'excuse aussitôt de se sous-entendu un peu ironique. C'est en effet un titre favori de tous les publics de Radiohead de tous les pays qui suit : Karma Police. "This is what you get when you mess with us" et "For a minute I lost myself" sont invariablement repris par le public. Jonny est toujours là derrière, musicien accompagnateur discret et efficace. Anonyme, car aujourd'hui c'est le concert de Thom. C'est l'engagement de Thom pour le Tibet. Malheureusement, la sixième et dernière chanson commence : Exit (music for a film). Chanson de fin. A la différence de Bercy, le RAI Parkhal se prête plus à une ambiance de festival avec les allées et venues, aussi le silence ne se fait pas comme le 10 décembre dernier. Mais l'intensité et la montée dramatique de la chanson captive toujours autant. Thom chante les yeux fermés. Les mots "We hope that you choke" arrivent déjà. Nous ne sanglotons pas mais nous sommes tristes. Déjà la fin. Seulement six chansons. Mais quel bonheur et quel privilège d'avoir pu entendre Thom aujourd'hui. Il salue 
rapidement de la main sous les ovations et disparait. 
Post scriptum : A noter la présence en nombre du fan club français de Radiohead venu spécialement pour Thom Yorke. Pour ne rien perdre de sa présence magnétique sur scène, les courageux français, et françaises, dopés seulement par quelques verres d'eau, ont passé au premier rang toute la journée, du premier au dernier groupe (montrant ainsi leur totale abscence de sectarisme musical).
- A noter que des témoignages concordant confirment la présence de la haute silhouette de Ed dans les coulisses sur le côté de la scène pendant le concert de Thom. Ainsi qu'auparavant pendant le passage de Joe Strummer. Ed qui a dit être fan des Clash ne semble pas avoir raté cette occasion de voir leur ancien chanteur. 
.
Joe Strummer and the Mescaleros
Joe Strummer and the Mescaleros maintenant, mais quand même le Joe Strummer des Clash. Une légende. Les Sex Pistols ont peu-être été les premiers mais les Clash ont été et restent un groupe de référence, moins objets de marketing, plus sincères, ouverts et matures. Comme tous les rockers "sur le retour", voir Page & Plant, Strummer a un peu grossi mais a gardé la même coupe de cheveux. Les Mescaleros sont cinq sur scène, et il s'avance simplement au milieu d'eux. Tout de noir vétu, il est resté fidèle à ses influences en arborant un T-shirt décoré de motifs couleur rasta (rouge, jaune et vert) et avec un superbe lion éthiopien dans le dos; et en chantant une première chanson au rythme reggae. 
Avant de commencer la chanson suivante, il remercie le public d'être venu et indique qu'il a écrit cette chanson il y dix ans après le massacre de Tienanmen. Cruel et triste fait que de chanter une chanson dédiée aux démocrates chinois lors d'un concert de soutien aux tibétains opprimés, et de constater que 10 et 40 après les événements, cela est toujours nécessaire. Après ce moment grave, l'atmosphère change. Joe Strummer demande au public en souriant comment s'appelle la salle. Il a sincèrement l'air de ne pas le savoir. Le public essaye de lui crier "RAI", mais il n'arrive pas à comprendre le mot. Ce n'est pas grave, ce ne sera pas "Rock the RAI" mais "Rock the Casbah" ! L'ambience devient plus dansante et joyeuse, comme la chanson. Déjà sur la video, on voyait un arabe et un juif danser ensemble. Une nouvelle chanson, puis une autre dédiée au footballeur anglais Tony Adams. Joe Strummer est apaisé. Sa musique n'est pas du punk, si il n'en a jamais joué, et rend anachronique les groupes néo-punks comme NRA. Strummer a passé l'âge des révoltes juvéniles mais sa musique reste combative. La dernière chanson sera "I fought the law". I fought the law, the law one !. Car c'était ça pour The Clash être punk, pas une coquille vide qui fait du bruit mais un engagement politique. Avant de partir, il demande à tous les Mescaleros de venir saluer au bord de la scène avec lui. Ils sont ovationnés. Joe Strummer est de retour, et cela fait plaisir. 
Ben Harper and The Innocent Criminals
Namgyal Lhamo
Le rituel des alternances entre le passage des groupes et les entre-actes pour le changement de matériel est maintenant bien rodé. Vingt minutes à peu près sont nécessaires pour installer les équipements et les groupes interprètes chacun six chansons, soit vingt à trente minutes de présence sur scène. Le programme néerlandais, distribué avant le concert, est suivi avec une quasi précision suisse. Avant Ben Harper and The Innocent Criminals, une nouvelle intervenante tibétaine vient rappeler le but de ce concert de sa présence sur scène, bien plus émouvante que les vidéos au montage façon MTV ou CNN qui sinon passent sur les écrans placés de chaques côtés de la scène. C'est Ama Adhe, ancienne prisonnière politique. Elle a perdu sa famille lors de l'invasion du Tibet et a passé 25 ans dans les prisons chinoises, avant de réussir à fuir son pays en 1985. Elle est sur le bord de la scène devant le grand rideau noir, un traducteur l'accompagne et traduit ses propos de tibétain en anglais. Avec ses mots simples, elle parle de son expérience et demande au public de soutenir la cause tibétaine. Elle est émue ou est-ce le douloureux passé qu'elle ne peut effacé, elle ne peut retenir ses larmes, qu'elle essaye néanmoins de contenir avec dignité. Le public l'applaudit avec beaucoup de respect lorsqu'elle quitte la scène. Ceux qui ont entendu son discours ont certainement été émus. Peut-être diférente, mais émotion quand même avec Ben Harper qui entre maintenant en scène. Les Innocents Criminals restent en retrait mais accompagneront avec brio Ben Harper qui s'installe sur le devant de la scène. Il s'assoit derrière le micro, à côté de son ampli, sa guitare sur les genous. Sa musique quasi mystique a sa place aujourd'hui. Voyageant entre ballades, slide guitare, solos electriques et saturés, la musique de Ben Harper reste douce et n'est jamais agressive, soutenue par une voix dans laquelle il met toute son âme qu'il va chercher au fond de lui, chantant les yeux clos. 
La musique de Ben Harper est un subtil croisement contemporain entre Bob Marley, sans le tempo reggae mais pour le mysticisme, et Jimmy Hendrix. Sa dernière chanson terminé, il se lève rapidement et quitte la scène avec un geste de la main. Pourtant il est chaleureusement applaudi. 
° Pendant le changement de matériel, c'est la chanteuse tibétaine Namgyal Lhamo qui est en scène. Les chansons traditionnelles qu'elle interprète de sa voix pure viennent rappeler la diversité de la culture tibétaine. Celle-ci est parfois un peu trop souvent réduite à sa partie sacrée, au travers des spectaculaires chants des moines accompagnés des cymbales, dungchen et kangling (les cors et hautbois), néanmoins la partie populaire ne doit pas être oubliée. Namgyal Lhamo chante a capela ou s'accompagne d'un luth. Là encore le programme a été bien fait, et la beauté du chant de la chanteuse tibétaine est un merveilleux préambule au concert de Thom Yorke qui va suivre.
    LE CONCERT-4-
    Garbage
Le passage du groupe néerlandais Urban Dance Squad est sacrifié à la conférence de presse de Ben Harper et de mesdames Kunzang Yuthok, Tsering Jampa et Erin Potts; puis à celle de Thom Yorke. Que ce soit avec Urban Dance Squad, ou avec Rage Against The Machine qui était initialement prévu, l'ambiance de l'après-midi, ou plutôt de la soirée maintenant, change de ton. La conférence de presse d'Alanis Morissette est sacrifiée à Garbage. L'un des groupes de la journée actuellement en tournée européenne, Garbage est bien rodé et part tout de suite à l'assault du public. 
Le son léché et efficace de leurs albums l'est tout autant sur scène. A la musique joué sur scène répond le plaisir simple du crowd-surfing dans le public, effectué parfois par des "professionnels" qui une fois évacués retournent immédiatement dans la mélée, faisant ainsi plusieurs tours. Mais c'est ce que Shirley Manson attend. Une bonne participation des spectateurs montre l'efficacité de leur musique. Ainsi après une chanson pendant laquelle le public avait moins réagit, Manson présentera la suivante comme une plus connue du public, d'un air de dire : "comment ce fait-il que vous ne connaissiez pas la précédente ?" Tous les membres de Garbage savent ce qui plait aux spectateurs comme d'aller sur le bord de la scène ou de discuter entre les chansons pour la chanteuse. Honnête, elle dira à un moment "qu'il faut bien dire quelque chose sur la cause tibétaine", ou explicative, elle dira que son guitariste joue avec un bras cassé ce soir (Mmmm, le bras ne présentait pas de traces de plâtre ou de bandage, et en français être traité de "bras-cassé" n'est pas flatteur !). 
Un concert de Garbage est un bon moment. "Stupid Girl" est imparable, bien plus que "I think I'm paranoid". "Stupid girl, I can't believe you faked it", pourquoi bouder son plaisir ? 

 



VÍDEOS DE DIRECTOS
Archivo histórico de IndyRock Magazine



vídeopromoción



News - Noticias -todo sobre Radiohead
GALERÍA DE FOTOS * RADIOHEAD * DIRECTOS
TEMAS CON TABS en IndyRock * Radiohead
.


--
 
Copyright IndyRock ©
TODOS LOS DERECHOS RESERVADOS:
Queda prohibida la reproducción, distribución, puesta a disposición, comunicación pública y utilización total o parcial, de los contenidos de esta web...
Leer más y Política de privacidad
 
Contenidos informativos
Agenda de conciertos
Concursos
Noticias
Productoras
Tablón de anuncios... y + Más

Revista electrónica creada en 1997
Home * Portada
Servicios publicitarios
Créditos | Qué es IndyRock
info@indyrock.es

Naturaleza  y divulgación científica
waste.ideal.es
Dirección y edición
waste@diarioideal.es