--
.



* PÁGINAS Y AGENDAS

 
News - Noticias -todo sobre Radiohead


The King of Limbs


Radiohead en Paris 10 junio 2008 - Fotos por Laurence Boisnard


'In Rainbows',número uno en UK 
RADIOHEAD - In Rainbows (Disc 2) por Juan Gallardo Comentario
Los maravillosos colores del arco iris
por Juan Gallardo - IndyRock # 


AMNESIAC, letras, datos
KID A | letras |comentarios
Hail to the thief , LETRAS EN ESPAÑOL

Daydream Festival en Barcelona Fotos directo +"Off Computer" /12 /6 /08
Radiohead en el Foro del Sol / México
Crónica de un concierto muy esperado Por Alejandra Hidalgo
Radiohead en Río de Janeiro / Brasil
Radiohead abre el Quilmes / Argentina
28,000 personas ven a Radiohead en Chile
Galerías >100


Fotos directo giras
1994 / 1997 / 1998 / 2000 /2001 / 2002

Radiohead en  México /  Brazil / Argentina 
.
Radiohead * 2006
Amsterdam - lundi 28 août 2006 - Heineken Music Hall
por Laurence Boisnard - IndyRock

You And Whose Army ?
National Anthem
Morning Bell
15 steps
Arpeggi
Exit Music (for a film)
Dollars & Cents
Videotape
Paranoid Android
Street Spirit
The Gloaming
Bangers 'n Mash
Nude
Myxomatosis
Spooks
Idioteque
How To Disappear
-
Like Spinning Plates
Bodysnatchers
There There
Everythin In Its Right Place
-
Fake Plastic Trees
All I Need
Lucky
~ ~ ° ~ ~
De l'extérieur le Heineken Music Hall ressemble à un vaste hangar pose à côté du stade de l'Ajax. Dans un nouveau quartier excentré et impersonnel. Un ciel digne des tableaux du siècle d'or de la peinture hollandaise surplombait cette moderne vue d'Amsterdam. Les nuages menaçants n'ont pas manqués de doucher les fans irréductibles qui avaient commencé tôt dans la journée à attendre. Les Hollandais sont organisés et des affichettes sont apposées sur les portes : dix-huit heures trente, ouverture des portes ; vingt heures Deerhoof ; vingt et une heures, Radiohead. Le programme sera respecté. Deerhoof, trio composé d'un batteur élastique, d'un guitariste grimaçant et d'une bassiste et chanteuse japonaise à la voix sur-aigue sera écouté poliment par des fans de Radiohead perplexes, voir consternés. Enfin à vingt et une heures après une rapide et efficace mise en place du matériel, l'attente est enfin récompensée.

Radiohead ne commence pas par un titre rentre dedans mais par le calme mais fort You And Whose Army ? Thom au piano joue avec la petite caméra située au niveau de son micro, pas autant que quand la chanson est jouée plus tard dans le concert et que le contact avec le public est établi.

Ils enchaînent avec National Anthem et toute la puissance du son de Radiohead se déroule. Un son qui vous enveloppe sans vous détruire les tympans, où chaque note se détache. Puissance et finesse d'exécution, c'est une des raisons qui rend les concerts de Radiohead si exceptionnels.

Une autre des raisons est l'attention portée à son public. Après avoir chauffé la salle avec National Anthem, Thom retire la veste noire qu'il portait pour laisser apparaître un tee-shirt blanc imprimé en rouge avec les mots « thank you ». Le message est clair et va droit au cour.

Thom se met au rhodes sur le devant de la scène et c'est Morning Bell. Puis annoncé par : « This is new » : 15 Step. Tempo décalé et paroles revenant sur les thèmes préférés du chanteur : « fifteen little steps and a sheer drop. ». Avant de commencer Arpeggi, Thom s'inquiète de son guitariste : « You're all right, Jonny ? ». Il faut dire que délivrant tout de même un set impeccable, celui-ci semblait complètement décalqué. Fatigue ou esprit ailleurs, il semblait le seul à être dans cet état. Ed était particulièrement souriant. Colin enthousiaste d'après ce que l'on pouvait apercevoir quand il n'était pas de trois-quarts face à son batteur préféré, voir complètement de dos. Et Thom sera bavard, osera-t-on dire. Arpeggi se déroule avec trois parties de guitares entrelacées. Jonny se rapprochera de Thom, le regard fixé sur les mains de celui-ci afin d'insérer ses notes. Ed, de son coin, les surveillera afin d'y ajouter sa nappe de guitare. 

Une autre des raisons qui rend les concerts de Radiohead exceptionnels est qu'ils sont non seulement devenus de meilleurs musiciens avec les années, mais qu'ils ne se contentent pas seulement de jouer chacun de leur côté. Il y a un véritable souci d'être un vrai orchestre de cinq musiciens jouant une partition unique composées de cinq parties étroitement liées.

Le temps de reconnaître avec enthousiasme les premières notes d'Exit Music, et l'excellent public d'Amsterdam se tait respectueusement pour écouter jusqu'à la dernière note cette chanson. Puis sur les applaudissements encore emprunts d'émotion, Radiohead enchaîne sur Dollars & Cents. Superbe version longue et hypnotique. Thom annonce la suite par : « Thank you. Now we're doing another new song ». Cela sera donc Videotape. Commencée doucement au piano, elle se termine en envolées lyriques. L'accueil du public est excellent. Comme pour toute les nouvelles chansons. Il y a quand même la réserve de la première écoute pour la plupart des personnes présentes, avec un peu plus d'enthousiasme pour les chansons plus énergiques. Mais de toute façon, le plaisir d'être dans les premiers à les entendre s'exprime bruyamment.

Le concert continue avec le classique Paranoid Android. Le public est totalement dans le concert et ne manquera plus une occasion de chanter. Suivi d'un autre classique Street Spirit. Ce qui ne l'empêchera d'être interprété par le groupe et chanté avec beaucoup d'émotion. Changement d'ambiance avec l'inquiétant The Gloaming. Lumières vertes, infrabasses, breaks électroniques et incroyable beat de batterie. Version longue et surtout totalement hallucinée. On ne peut être que convaincu que l'alarme sonne. Alors autant danser sur la catastrophe imminente : Thom sur scène et le public dans la fosse. Thom aura ce commentaire à la fin de la chanson : « Nice to be able see your faces again. Rather that this big human sea. ».

Puis une nouvelle chanson Bangers'n Mash. Là encore beaucoup d'énergie, de nouveau des guitares mais un style encore différent. Guitare presque orientale. Où le rythme tient une place importante, car le chanteur passe une partie de la chanson sur une petite batterie, tom et cymbale, additionnelle. A la fin, Thom, décidément de bonne humeur, dira : «That's Colin's son kit. How old's is [he]? Two ? Intervention de Colin : « He is three and wants it back ! » La bonne humeur était donc de règle sur scène.

Mais l'humeur change pour la mélancolique Nude malgré son tempo plutôt reggae. C'est en effet une chanson douce comme le confirme Thom à la fin : « That was a sweet song. This is a nasty song ». Et il empoigne le micro pour Myxomatosis. Chanson tout aussi inquiétante que The Gloaming, mais cette fois-ci dû entièrement à la façon dont la chante Thom. Fixant les premiers rangs, faisant passer dans son corps comme des courants électriques exprimant toute l'angoisse des paroles : «  why do i feel so tongue tied ? ». Pour se remettre de ses émotions, mais tout autant en électricité et guitares, la nouvelle Spook vient détendre les esprits et les corps. Une version déjà modifiée par rapport à celle des premières dates de la tournée à Copenhague. C'était une excellente introduction pour enchaîner sur l'électronique Idioteque. Le beat de base est le même mais là aussi la version concert a évolué.

Malheureusement, et les plus assidus le savent, cette chanson signale la fin proche de la première partie. Et comme Radiohead ont l'habitude de le faire, brusque changement d'atmosphère avec How To Disappear. Jonny, dans un halo de lumière tombante, commence doucement aux Ondes Martenot, puis Thom à la guitare acoustique : « This is not happening. » Si ! Nous sommes le public privilégié de ce concert. « In a little while i'll be gone. ». Alors pour l'instant, il faut en profiter, car ils quitteront une première fois la scène.

Pour revenir, bien sur. Thom au piano, Colin et Jonny, pour Like Spinning Plates. La version est totalement différente de celle de l'album. Elle semble sur scène comme un papillon déployant ses ailes après être restée trop longtemps dans sa chrysalide électronique. Thom arborait toujours son tee-shirt « thank you ». Et alors que c'était le public qui était venu remercier le groupe en répondant présent à ce concert reporté, Thom a ajouté en introduction à la chanson suivante : « This is for all the people who came here last time on a special trip and couldn't come back. Sorry about that. » «  This is a new song ». C'était la très énergique Bodysnatchers. Et pour terminer dans l'énergie et presque un hit : There, There. Ed et Jonny cognent sur leurs fûts. Le public reprend : « we are accidents to happen ». La fête est à son comble.

Pour terminer la deuxième partie Everything In Its Right Place bien sur. Thom au rhodes, et Ed et Jonny s'assoient devant leurs palettes d'effets. La version en concert de cette chanson ne cesse d'évoluer. Maintenant un peu plus courte peut-être. Ceux qui la découvrent voient Thom quitter la scène en premier avec un salut discret. Puis après un duo, Colin et Phil s'éclipsent, laissant pour peu de temps encore Jonny et Ed qui effectuent leurs derniers réglages. Jonny part d'abord, sans saluer, visiblement toujours autant décalé. Ed n'a pas plus qu'à sortir, souriant, saluant et applaudissant. Pour ceux qui n'ont pas vu venir les sorties, il faudrait mieux que cela ne soit pas la dernière chanson, car c'est beaucoup trop frustrant. Alors le public réclame bien fort un second rappel qui viendra bien sur. D'ailleurs dans les coulisses, le groupe attend avec autant d'enthousiasme de revenir sur scène.

Thom tient à parler ce soir avant de commencer les dernières chansons :
« We'd like to say a couple of thank you. Because we're not going to be doing this again for a while. Our money runs out.
We'd like to thank Deerhoof a lot. They are great to tour with. Excellent band. I saw them play their first gig in Dublin. You should have seen the audience. It was brilliant.
We'd very much to thank our crew. They are best. They are officially the best crew in the world.
We'd very very much like to thank everybody who has been supporting us on this tour listening to our stuff. All the unofficial sites. If you want to listen to our new stuff, it's all there.
However, this is not new, this is old." 
Il veut exprimer ses remerciements car ils ne le feront pas pour quelques temps. Il remercie Deerhoof. Il remercie surtout leur équipe. Officiellement, la meilleur au monde. Il remercie ceux qui sont venus les écouter sur cette tournée. Et conseille d'aller sur les sites non officiels pour écouter leurs nouvelles chansons. Et comme il l'a annoncé, c'est une ancienne qui suit : Fake Plastic Trees. Puis et parce que c'est une dernière occasion pour eux de les tester sur scène, Thom introduit la suivante : « Ok, we're doing one more new one. This song is called All I Need ». Une autre nouvelle « sweet song », tendre et douce, presque une berceuse, pour l'être aimé. Tout comme House of Cards qui ne sera pas jouée ce soir. 

Et pour finie, cela sera Lucky. En effet, cela aura été une journée glorieuse. Ils quittent tous la scène saluant et souriant. Thom aura un dernier « Thank you very much ». Oui décidément, merci. Avec une pensée particulièrement pour Phil.


Radiohead en Edimburgo, crónica de una desesperación
En Escocia no entienden a Radiohead
Por Marta Pavon Fernandez
Pues te voy a contar algo interesante y curioso:
Resulta que el pasado 20 de agosto me presente en Edimburgo tras un arduo esfuerzo económico, con el único objetivo de ver a mi grupo de música favorito de todos los tiempos : RADIOHEAD. Tuve que dormir en albergues (cosa que he de reconocer, me gusta... pero hay que aumentar el drama..) y comer una dieta basada únicamente en hamburguesa y pizza de grasa saturada al igual que sus condimentos. Soportar ese caracter inglés basado en un continuo: Sorry, please and sorry again, tampoco fue nada fácil.
Pero todo aquello con tal de introducirme en la música onírica, punzante y enigmática que solo estos guiris de Oxford son capaces de crear. Cuando por fin llegó el día 22 de agosto -DIA DEL CONCIERTO- tuve que esperar largas colas para poder depositarme cerca del "CREADOR" (Thom Yorke) y esperar dos teloneros -entre los que se encuentra BECK y su banda de secuaces sin sense of humor- y también unas 7 horas para por fin verlos.

Y llegó el momento: la luz se apaga y sale primero él, THom, y luego los demas, uno tras uno: Jonny Greenwood - guitarra solista, teclados y otros; Ed O'Brien - guitarra y voces; Colin Greenwood - bajo; y Phil Selway, batería. Comienza la música con un "Airbag" del OK COMPUTER. Tras dos temas conocidos de índole tranquila e insondable propia de un "iluminado" (musical y exageradamente hablando), comienza "A wolf at the door" de HAIL TO THE THIEF. Pero...
A los pocos minutos tuve que desalojar a base de puñetazos la fila segunda en la que me encontraba porque estos escoceses con alma de "juligans" empezaron a empujar y aporrearnos como si fuéramos carne que necesita ser enternecida. Hasta tal punto que el propio cantante, alarmado con tal espectáculo tuvo que detener su show para rogar una calma propia y necesaria para escuchar su música.

Nos dispusimos, por tanto, a buscar un lugar más calmado al final, donde poder disfrutar de ellos al mismo tiempo que bailar y con suerte, verlos de vez en cuando. Pero el trabajo fue en vano, porque estos extranjeros (más que nunca) no miraban al concierto, sino que se ensañaban conmigo y mi modo de bailar hasta el sinsetido su creación más admirada por una servidora, "android Paranoid" del OK COMPUTER, llegando a ser objeto de contemplación, de burla, incluso, los protagonistas de sus cámaras de fotos. .Estando ahí RADIOHEAd, estando ahí THOM YORKE!!! (i couldnt believe it!!).
Mi desesperación me inclinó a mover mis cansadas piernas a un huequito entre medio de la gente. Pero tampoco sirvió de mucho. La gente hablaba y hablada de sus cosas cotidianas con un tono casi chirriante que impedía de nuevo, que escuchara su mítico "Karma Police"o "Sit Down. Stand up" ; (oh my goooood, I sow jerry today at the supermaaaaarkeeeet_. He is soooooooo cuteeee..- GRRRRR).

Así que con esta desesperación, terriblemente agotada, con la cabeza hecha añicos y completamente SERENA (no solo debido a que los precios del alcohol son astronómicos, sino porque fumarnos un porrito fue tarea casi imposible entre tanta gente de faz pálida con un sentido de la moralidad extremadamente-incomprensiblemente alto), me dispuse a abandonar el lugar de los fatídicos hechos no sin antes derramar unas cuantas lágrimas sobre el césped del MEADOWBANK Stadium in the city of EDIMBURG.

Tour 2006
May 2006 
1 Big Ask Live (Thom & Jonny)  London UK
6 KB Hallen Copenhagen Denmark 
7 KB Hallen  Copenhagen Denmark 
9 Heineken Music Hall  Amsterdam Netherlands 
10 Heineken Music Hall  Amsterdam Netherlands 
12 Empress Ballroom Blackpool UK 
13 Empress Ballroom Blackpool UK 
15 Civic Wolverhampton UK 
16 Civic Wolverhamptom UK 
18 Hammersmith Apollo London UK 
19 Hammersmith Apollo London UK 
June 2006 
01 Tower Theatre  Upper Darby, PA USA 
02 Tower Theatre  Upper Darby, PA USA 
04 Bank of America Pavilion  Boston, MA USA 
05 Bank of America Pavilion  Boston, MA USA 
07 Hummingbird Centre  Toronto, ON Canada 
08 Hummingbird Centre  Toronto, ON Canada 
10 Salle Wilfred-Pelletier at Place des Arts  Montreal, QC Canada
11 Salle Wilfred-Pelletier at Place des Arts  Montreal, QC Canada 
13 Madison Square Garden Theatre  New York, NY USA
14 Madison Square Garden Theatre  New York, NY USA 
17 Bonnaroo Music & Arts Festival Manchester, TN  USA 
19 Auditorium Theatre Chicago, IL USA
20 Auditorium Theatre Chicago, IL USA
23 Greek Theatre Berkeley, CA USA 
24 Greek Theatre Berkeley, CA USA 
26 Bayside San Diego, CA USA 
27 Bayside San Diego, CA USA 
29 Greek Theatre Los Angeles, CA USA 
30 Greek Theatre Los Angeles, CA USA 
August 2006 
12 Sziget Festival Budapest Hungary 
15 Rock Oz'Arenes Avenches Switzerland 
17 Pukkelpop Hasselt Belgium 
19 V Festival  Chelmsford UK 
20 V Festival  Staffordshire UK 
22 Meadowbank Edinburgh UK 
24 Marlay Park Dublin Ireland 
26 Rock en Seine Paris France 
28 Heineken Music Hall Amsterdam Netherlands
Si quieres enviar un comentario sobre alguno de los conciertos de la gira puedes hacerlo a info@indyrock.es

 



VÍDEOS DE DIRECTOS
Archivo histórico de IndyRock Magazine



vídeopromoción



News - Noticias -todo sobre Radiohead
GALERÍA DE FOTOS * RADIOHEAD * DIRECTOS
TEMAS CON TABS en IndyRock * Radiohead

.


--
 
Copyright IndyRock ©
TODOS LOS DERECHOS RESERVADOS:
Queda prohibida la reproducción, distribución, puesta a disposición, comunicación pública y utilización total o parcial, de los contenidos de esta web...
Leer más y Política de privacidad
 
Contenidos informativos
Agenda de conciertos
Concursos
Noticias
Productoras
Tablón de anuncios... y + Más

Revista electrónica creada en 1997
Home * Portada
Servicios publicitarios
Créditos | Qué es IndyRock
info@indyrock.es

Naturaleza  y divulgación científica
waste.ideal.es
Dirección y edición
waste@diarioideal.es